top of page

L'anxiété dans mon Être souffrant.

Quand j'ai décidé de comprendre pourquoi je faisais des crises d'anxiété je sortais du bureau de ma docteure avec une prescription de lorazépam, encore.

Je me suis fait aider, encore. Ma psy, après ma première rencontre le lundi matin à 8h00 parce qu'elle était over booker et m'avait ajouté à son horaire.


- Vickie, c'est un engagement nous en avons pour environ 20 séances tous les lundis matins 8h00 est tu prête ?


Mon souffle a coupé. Mais j'étais rendu là.


Là pour moi ce que ça veut dire c'est reprendre mon pouvoir et comprendre pourquoi je me sentais prisonnière de mon corps complètement incontrôlable. J'avais la détermination d'en finir avec ce cercle infernale de souffrance et de douleur invisible.

J'ai fait 8 séances avec ma psy et j'étais «guérit». Je n'ai pas pris la prescription de lorazépam. Ce n'est pas ma psy qui m'a «guérit/sauvé» c'était moi avec son accompagnement.


Pourquoi je te raconte tout ça ? Pour les encore et pour les choix.


La vie est parsemée de encore et de choix. Si tu as peur de faire un choix différent pour avoir un résultat différent, mais qu'au fond de toi tu veux être bien sache que c'est possible.

C'est un choix de s'engager dans la découverte de sa souffrance interne. De voir réellement ce que tu crois de toi.


Tu es dans ta belle prison dorée tellement inconfortable que d'en sortir est aussi intense que de monter le Mont Evrest la nuit tout nue avec des loups à tes trousses. Je me sentais comme ça.


Je le sais, j'étais tellement effrayé de me voir tel que je croyais que j'étais et encore plus de devoirs le dire a mon entourage, mais j'avais déjà essayé de me convaincre qu'il y en a des pires et d'avaler comme si rien n’était en disais que la vie est belle et que je suis dont chanceuse.


2 fois avant en fait. 17 et 23 ans.


Durant ma thérapie je me formais en PNL et en hypnose.Pour moi, pour avoir des outils internes et non externes.Je crois qu'on ne nous a pas appris à utiliser nos outils internes, à simplement nous comprendre et surtout à nous accepter à la place de nous demander d'être conforme, dans la norme.


Tous ces outils externes ne raisonnaient pas avec mes valeurs.Si l'humain est si intelligent, si le corps développe des maladies sans cause externe pourquoi on ne regarde pas les causes internes?Les émotions refoulent par exemple ?


Les sur stress par exemple ?Les traumatismes par exemple ?Moi je voulais découvrir mes causes internes pour ensuite avoir les outils pour me guérir.


J'avais cette croyance très ancrée que j'avais déjà tout à l'intérieur de moi pour me guérir comme j'avais déjà tout à l'intérieur de moi pour me rendre où j'en étais.


Souffrance, anxieuse, malade.Quand j'ai euterminé mon processus de guérison, j'ai eu cette pulsion de transmettre mes connaissances et mes outils aux femmes qui comme moi vivait ce malêtre intérieur.


Libertas est née.Laisse-toi être, tu es libre d'être qui tu veux.


L'avis des autres c'est la vie des autres.


Es-tu prête à te voir telle que tu es et de sortir de ton illusion ? Je suis là, prête à t'accueillir sans jugement et avec toute mon aide et mon coeur.


En premier, on prend le temps de se déposer, de laisser tomber la pression et libérer la boule d'émotion que tu retiens.


En deuxième, on élabore ensemble ta destination puissance. Qui veux-tu être ?


En troisième, je t'accompagne à enlever les blocages, les limitations que tu as dans ton chemin pour te rendre à ta destination puissance et être qui tu as toujours caché par peur.


Avec amour et courage,


Vickie




26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La souveraineté de ta santé globale.

Bon samedi, Si tu commences à lire, rends-toi au bout, je te garantis que ce sera utile. J'ai débuté deux livres cette semaine.Celui de Natacha Calestrémé et celui de Dr. Thierry Hertoghe. Un parle de

C'est l'histoire de Nala.

Nala, n'arrivaient pas à vivre ses émotions, elle ressentait un vide et quand les émotions semanifestaient c'était sous forme de maux, rhume, mal de tête voir migraine, difficulté à digérer, virus. El

Comments


bottom of page